Les cinqs réflexes pour passer un bon moment à écrire

Coucou !

Si vous n’avez pas encore lu mon article sur comment jongler avec plusieurs projets, je vous conseille de le lire avant de lire cet article là !

Lorsque nous nous lançons des projets d’écriture, nous commençons avec le plus simple. Cependant, la méthode simple peu avec le temps devenir ennuyeuse, inconfortable, peu inspirante et une mauvais routine d’écriture peut emmener à un dégoût de l’écrit. La plupart des écrivains que je suis sur les réseaux sociaux décrivent leurs routine d’écriture à un moment ou un autre. Tous mettent l’accent sur le fait que cette routine est celle qui leur permet d’écrire les romans qu’ils écrivent, donc de tenir sur la durée, d’être dans la rigueur. Je m’étonne encore de voir à quel point il était plus question de comment écrire vite et écrire bien, pas tant prendre plaisir à écrire. Ce qui me paraît l’élément essentiel pour arriver au bout d’un livre. J’ai donc choisie de vous parler aujourd’hui des éléments pouvant être incorporés à une routine pour la rendre plus agréable.

Ça fait maintenant 7 ans que j’écris sur de longues période avant d’arrêter complètement pour reprendre à l’occasion. J’ai eu plusieurs méthodes, plusieurs routines, j’ai suivie pleins d’exemple. J’ai dégagé de ces expériences plusieurs éléments indispensables pour avoir une routine qui fasse de chaque session d’écriture un plaisir.

  1. Pour commencer, mon état d’esprit. Je parle de bien-être et de santé mentale dans mon podcast, ce n’est pas pour rien ! Je suis incapable de me forcer à écrire si je me sens mal. Les éléments qui vont suivre sont d’ailleurs des choses qui m’aident au quotidien à aller le mieux possible. Mais si malgré mes précautions j’ai un mal de tête persistant, je ne vais pas écrire. Un évènement fâcheux à eu lieu ? Je vais peut-être écrire sur cet évènement dans mon journal mais pas écrire dans mon projet créatif. Je ne dit pas qu’il faut se sentir super bien à chaque fois qu’on écrit, mais au moins être dans un état neutre.
  2. Bien s’hydrater. Comment j’évite le gros de mes migraines ? En buvant de l’eau, surtout de l’eau chaude, en décembre il faut gentiment frisquet chez moi et je suis frileuse. Les tisanes sont mes meilleures amies pour me garder dans un état détendu où je suis bien même assise une heure à mon bureau. J’évite le café de plus en plus, il ne me rend pas plus productive et m’empêche de faire la sieste quand c’est nécessaire (mon dieu j’expose vraiment mon côté mamie dans cet article …)
  3. Puisqu’on en parle : faire la sieste. J’adore finir un chapitre, un article ou n’importe quelle tâche un peu fatigante sur une micro-sieste, en gros je ferme les yeux quelque minutes en respirant avant de passer à la tâche suivante. De plus j’essaye de me faire une “vraie sieste” de vingt minutes avant ou après le repas. Ce break de milieu de journée me motive à avancer le matin et me donne l’énergie de continuer sur ma lancée l’après-midi. Je suis juste de bien meilleur humeur lorsque j’ai eu l’occasion de siester dans la journée. Je ne le dis pas pour les personnes qui vivent avec moi, mais pour mon ordinateur (heureusement que personne m’écoute quand scrivener plante).
  4. Commencer par du QI gong ou faire une pause QI gong. Ou fitness, ou yoga, ou étirements, ou n’importe quel sport à partir du moment que vous bougez votre bassin qui vient de végéter plusieurs heures sur une chaise. Je conseille le QI gong parce que la plupart des exercices se font debout et ne demande pas beaucoup d’espace. Ils font respirer plus calmement et réveille les muscles tout en les décontractant. J’écris toujours plus rapidement après une séance de 15 minutes. Puis c’est vraiment une question de santé, bouger même sur place ou même sur votre chaise c’est essentiel !
  5. Pour finir je met un peu ma touche perso : écoutez des musiques qui vous font vous sentir vraiment très bien. Pas juste bien, vraiment très bien. Pendant longtemps j’écoutais de la kpop sans me rendre compte du temps et de la frustration que je ressentais car les paroles, les clips me perturbaient. Aujourd’hui je met des vidéos de sons ambiants (pluie, tempête, feu qui craque et chat qui miaule vous avez un million de possibilité sur youtube), les musiques sur certaines fréquences (j’écoute du 639Hz pour cet article, très agréable et doux) généralement ces fréquences nous aident à nous harmoniser sur de bonnes sensations. Et enfin certaines chaînes proposent des vidéos entre 10 et 25 minutes pour faire des sprints de mots avec des musiques à thème mais sans paroles. Bref vous avez l’embarras du choix pour offrir à vous jolies oreilles un moment de paix et de détente.

J’aimerai continuer encore cette liste, peut-être que vous trouverez une suite dans mes prochains podcast. D’ici là prenez du plaisir à écrire, c’est comme ça qu’on écrit ses plus belles oeuvres.


Gros bisous et à très bientôt sur ce blog.

Pour votre confort de lecture, ce site n’utilise pas de pubs. Si vous souhaitez soutenir l’autrice des ces articles, merci de vous rendre sur la page de dons de ce blog. Chaque don permet de proposer plus de contenus de meilleur qualité.

Jongler avec plusieurs projets (écritures) sans trop souffrir

Coucou et bienvenue dans le mois du Nanowrimo !


Pour l’occasion je me suis mise au défis d’écrire surtout autour de l’écriture pendant le mois de Novembre. Vous pouvez également retrouver mes podcasts et l’annonce de mes projets d’écriture pour fin 2020.

J’ai toujours eu une tendance à vouloir écrire un projet à la fois et le commencer par le début pour avancer lentement jusqu’à la fin.
Seulement voilà, cette année j’écris non seulement mon projet avion (une fiction) et des articles pour ce blog (lifestyle/conseils) plus de petits projets secrets que je garde encore pour moi.

Je pensais ne pas en être capable et j’ai donc essayé plusieurs méthodes en octobre pour m’assurer de pouvoir non seulement avancer sur mon projet plus créatif et celui plus professionnel. J’ai eu beaucoup de mal, alors qu’il fallait vraiment pas grand chose pour y arriver.

En effet, je voyais l’écriture de chaque projet comme une fin en sois. Il fallait que je mette autant d’énergie dans chaque projet comme s’il était le seul du moment. Je perdais donc du temps et de l’énergie mentale à rester coincée sur des petits détails ou à vouloir corriger des fautes … Finalement je n’ai atteint aucun, malgré beaucoup d’heures et de sueur, de mes objectifs.

Pas de quoi en faire un drame, ça m’a permis d’apprendre pleins de trucs que je peux partager aujourd’hui ! Encore mieux qu’un succès : apprendre de son échec. Je ne sais pas qui a dit ça mais moi j’essaie de me le rappeler constamment ces derniers jours. Je suis vraiment contente d’avoir appris tous ça en octobre pour l’appliquer en novembre (puis le reste de l’année bien sûre).

Première chose :

  • Se donner des objectifs précis et atteignables : juste dire “chut” à mon égo qui voudrait en faire toujours plus. Avant je ne mettais aucune limite de mots à mes scènes et mes chapitres, ils avaient donc tendance à traîner en longueur, à rajouter des éléments qu’il fallait inclure ensuite … Cette année c’est maximum 900 mots par scènes et maximum 3 scènes par chapitre et maximum 4 chapitres par parties et maximum 4 parties. C’est clair ? Pour les articles comme toujours ils sont entre 500 et 700 mots grand maximum.
  • Ajuster la quantité de travail à ce qui est nécessaire et pas “cool”. Mon dieu le nombre de fois que je me suis forcée à me dégoûter d’écrire parce que j’étais à 1950 mots et que je voulais en écrire 2000 puis 2500 … J’étais dégoûtée après ça, je voulais plus rien faire. Donc cette année je me concentre sur ce qui est nécessaire : pour atteindre mes objectifs journaliers, je dois écrire deux scènes (donc grosso modo 1800 mots) ou 3 articles (grosso modo 1500 mots) et je peux ajuster en fonction des besoins.
  • Faire ce qui me plaît : je le met en dernier parce que je devrais l’avoir compris depuis le temps. Mais il est super important de faire des choses qui nous inspirent et nous donnent envie d’avancer toujours plus. J’ai découvert que certains films pouvaient provoquer un énorme boost d’inspiration pour écrire : je vais regarder plus de films en Novembre. J’ai découvert que j’adorais parler de mon écriture et que ça avait aussi tendance à me booster : je vais parler écriture dans mon podcast pendant un mois ! Il n’y a pas une méthode pour écrire un livre : il y a vous et votre inspiration.

Voilà pour cet article, j’espère qu’il vous aura plus. Je mange, bois et écris écriture en ce moment, j’adore ça, vive le mois de Novembre !
Sur ce comment se passe votre mois de Novembre et qu’est-ce que vous auriez ajoutés comme conseils pour gérer plusieurs projets en même temps ?
Des bisous pleins d’inspi ~

Pour votre confort de lecture, ce site n’utilise pas de pubs. Si vous souhaitez soutenir l’autrice des ces articles, merci de vous rendre sur la page de dons de ce blog. Chaque don permet de proposer plus de contenus de meilleur qualité.